Ce qui attire les occidentaux vers le chamanisme

Les occidentaux qui se tournent vers le chamanisme, sans trop savoir ce que c’est, il faut bien l’admettre, sont attirés par plusieurs aspects.

feuillecoeurgrosplanred

La première chose est qu’ils assimilent généralement chamanisme et indiens.

La grande majorité cherche à rencontrer la culture des amérindiens, et projette sur celle-ci toutes sortes de qualités. Il est clair que le monde des indiens que les gens imaginent n’existe pas, et même, n’a jamais existé. Il en va de même pour les autres mondes qui les attirent tels que celui des mongols ou du chamanisme amazonien.

De très nombreuses personnes m’ont écrit depuis que j’ai mon site de chamanisme, et j’en ai aussi rencontré énormément dans cette recherche, depuis une vingtaine d’années. Je constate que les occidentaux semblent chercher à travers le chamanisme et les cultures de peuples éloignés  des solutions aux manques de leur mode de vie, en particulier sur les point suivants.

 Le côté magique, l’existence d’une magie réelle, qui fait voir la vie plus belle, plus grande, et si possible résout facilement tous les problèmes. La magie des chamanes attire certains  un peu de la même façon que les aventures de Harry Potter. Beaucoup de personnes cherchent à mettre de la magie dans leur vie, à découvrir des secrets que les autres ne connaissent pas (dans le but inavoué de devenir spéciaux), connaître des perceptions extraordinaires à leurs yeux d’occidentaux,  et pour beaucoup à trouver des moyens de changer leur vie et résoudre leurs problèmes facilement, rapidement et sans efforts, si possible avec des solutions venant de l’extérieur. Ce genre de recherche est sans doute la raison principale de l’engouement des occidentaux pour la prise de plantes de pouvoir telles que l’ayahuesca, par exemple, mais aussi pour tous types de stages de chamanisme et plus largement encore de Magie, de druidisme, etc.

Le contact avec la nature : le mode de vie moderne occidental et la plupart du temps citadin, frustre de nombreuses personnes, qui sont attirées par la nature. Le chamanisme tel que ces personnes le perçoivent, constitue avant tout un retour à la nature, et à la vie en accord avec les lois naturelles.  Ce besoin d’un mode de vie plus près   de la nature, s’associe généralement à un désir de respect de l’environnement et de son propre corps.

 L’aspect communautaire , qui est totalement inexistant dans le mode de vie occidental moderne où l’individu et le couple sont globalement les seuls repères identitaires, la famille elle-même étant plus ou moins disloquée. De très nombreuses personnes cherchent leur place, en ce monde et dans notre société. Une communauté est par essence un groupe où chacun a une place et un rôle, et cela, dès la naissance. L’aspect de solidarité entre les membres du groupe fait aussi partie de ce qui  est recherché.

Un système qui apporte des solutions aux problèmes (qu’ils soient économiques, de santé, familiaux), des réponses aux questions,  et une cohérence au monde.  La plupart des gens n’adhérant plus aux religions dominantes, ils sont un peu perdus et cherchent à combler leur besoin de repères et d’appartenance en se tournant vers des croyances différentes. Ils imaginent le chamanisme être un système  de ce type, et qui à travers ce qu’ils savent de peuples «premiers» leur semble plus près de la nature, de la vérité, de la simplicité. Si les réponses ne sont pas ici (dans le discours dominant et dans les religions), elles sont «ailleurs».

 La recherche de repères et de systèmes cohérents peut tout aussi bien mener à entrer dans une secte.  Les sectes comblant les deux besoins  cités précédemment : celui de l’appartenance à un groupe où on a sa place, et celui de repères et croyances qui rassurent.

Des dimensions spirituelles et énergétiques :  bien que les scientifiques les plus avancés aient fait des découvertes qui les rapprochent des façons de voir des chamanes les plus traditionnels, le discours ambiant est encore très loin d’admettre des dimensions à la réalité qui soient au-delà de la matière visible. L’interdépendance entre les êtres et les éléments de la réalité, la connexion  à distance, ou même le rôle du contexte global de vie d’une personne  dans l’apparition  d’une maladie et le déroulement de celle-ci, sont en général des idées totalement absentes, voire repoussées violemment. Cela est très frustrant et sonne faux pour de nombreuses personnes qui en ont assez d’être considérées comme des bouts de viande, dont la vie est totalement réglée par leurs gènes.  Elles sentent que quelque chose de plus existe, des dimensions énergétiques et transpersonnelles,  et dans leur recherche font le bonheur de tous les marchands de livres et matériels en rapport avec l’ésotérisme.

Page suivante

Les commentaires sont fermés